Liège-Décroissance

À propos du guide pour l’EVRAS

« Guide à destination des acteurs et actrices de
l’Éducation à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle en milieu scolaire ».
Disponible sur le site www.evras.be (303 pages).
La nouvelle mouture du guide pour l’EVRAS été approuvée par le parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles le 7 septembre 2023 (à l’unanimité, moins trois abstentions).

Dans n’importe quelle société, quoi de plus important que la bonne santé physique et mentale des enfants ? C’est bien de santé mentale des enfants et des adolescents dont il est question avec le nouveau guide pour l’EVRAS. Malheureusement, au-delà de l’énoncé de quelques beaux principes, il apparaît que l’application de certaines instructions de ce guide ait la capacité de la mettre à mal.

Fidèle au principe selon lequel il ne peut avoir de débat sans la connaissance des faits, nous publions ci-dessous quelques documents qui devraient vous éclairer.

Que lire ?

Si vous n’avez que peu de temps nous vous suggérons de commencer par lire la lettre adressée à la ministre de l’Éducation par huit professionnels de la santé mentale des enfants et des adolescents (pédopsychiatres, psychiatres, etc.) et publiée sur le site du journal La Libre le 13 décembre 2022 : c’est court et éclairant.

Les publications qui suivent sont classées des plus récentes aux plus anciennes.

Le guide Evras va à contresens du développement psychique d’un enfant retour

Le 7 novembre 2023
Une tribune de Diane Drory (psychologue et psychanalyste, spécialiste de l’enfance), Jean-Yves Hayez (pédopsychiatre) et Jean-Pierre Lebrun (psychiatre et psychanalyste)

La question se pose : pourquoi les professionnels de la santé rencontrent-ils de plus en plus d’enfants et de jeunes manquant des repères dont ils ont besoin pour se construire psychiquement ? Pourquoi rencontrent-ils de plus en plus de parents en désarroi de ne plus trouver d’appui dans le discours social pour soutenir leur autorité ? Il faudra interroger la nouvelle conviction actuellement promue : « l’autodétermination de l’enfant » […]

Quand allons-nous nous apercevoir qu’inviter, voire inciter au libertarisme de l’autodétermination des enfants a des conséquences délétères sur la vie collective ? Cette dernière a apparemment perdu sa prévalence au profit de la particularité de chacun mais s’ensuit que ce sont alors l’autorité, l’altérité et l’antériorité qui ne sont plus au programme. Ce dont d’ailleurs tout le monde se plaint !

L’enfant n’est ni autonome, ni d’emblée responsable ; alors le mettre à la même place que l’adulte est un non-sens. Son trajet est d’avoir à “grandir”, c’est-à-dire de renoncer à sa toute-puissance d’enfant […]

LIRE sur le site de La Libre

Psychanalyse de l’EVRAS retour

Octobre 2023
Par Kenny Cadinu

Avant de présenter au lecteur une analyse du Guide dont nous avons parcouru (non sans peine) les 303 pages, il semble nécessaire de lever le voile sur les malentendus qui règnent au sujet de la sexualité infantile.

La psychanalyse repéra, au début du 20e siècle, ce qui était alors considéré comme un scandale pour la bourgeoisie : il existe une sexualité dès l’enfance. Encore faut-il comprendre ce dont il s’agit dans la mesure où il n’est bien entendu pas question de confondre sexualité adulte et sexualité infantile […]

LIRE

Recours gracieux adressé à la ministre de l’Éducation Caroline Désirretour

Le 11 septembre 2023
Par l’Observatoire La Petite Sirène Belgique et Innocence en danger

« [...] Les requérantes souhaitent faire appel à votre pouvoir de tutelle générale et à votre compétence d’autorité de contrôle et de surveillance en matière d’enseignement, afin de dénoncer certains manquements légaux, graves et caractérisés, du Guide pour l’éducation à la vie relationnelle, affective et sexuelle. Balises et apprentissages (version juillet 2023) (ci-après, le « Guide pour l’EVRAS »), notamment en termes de neutralité et de protection de l’épanouissement des enfants en milieu scolaire.

Le présent recours se décline en plusieurs points : le premier point consistera en un exposé des faits reprochés à l’encontre du Guide pour l’EVRAS, le second point développera les fondements légaux violés, le dernier point développera des actions proposées qui pourraient être mises en place pour pallier les différents problèmes soulevés […] ».

LIRE

Complotistes, extrême droite et adeptes de théories pédocriminelles : voici le réseau des désinformateurs sur l’Evras en Belgiqueretour

Le 16 septembre 2023
Par la RTBF

Ci-dessous vous trouverez l’article « Complotistes, extrême droite et adeptes de théories pédocriminelles : voici le réseau des désinformateurs sur l’Evras en Belgique » publié sur le site de la RTBF le 16 septembre 2023 ainsi que trois réponses qu’il a suscité par des personnes citées dans l’article.

D’autres médias ont publié des articles similaires qui montrent combien il est devenu difficile d’instaurer un débat voire impossible de contester les politiques mises en place sans être qualifié de complotiste, extrémiste et autres noms d’oiseau. Un exemple parmi d’autres, l’éditorial de Télésambre du 13 septembre 2023, « Evras : L’obscurantisme de parents qui n’aiment pas leurs enfants ». Soyons clairs : incendier des écoles est inacceptable. Mais peut-être le journaliste devrait-il s’interroger sur les raisons qui poussent des personnes, des parents peut-être, à en être réduits à de telles extrémités. Et s’informer correctement, comme tout journaliste devrait le faire, au lieu de se contenter de reproduire comme beaucoup un communiqué simpliste de l’agence Belga selon lequel EVRAS ne concernerait que « les élèves de 6e primaire et de 4e secondaire ».

L’article de la RTBF

« Quel point commun ont l’ancien animateur de télévision Karl Zéro, un magazine axé sur la santé alternative, d’anciens complotistes du Covid et le groupuscule d’extrême droite Civitas ? Ils font tous partie, de près ou de loin, d’un réseau de 25 personnes et entités, identifiées par la RTBF comme actives dans la désinformation autour de l’Evras.

Pour rappel, l’Evras est une double animation de deux heures qui sera donnée une fois par an dans les classes de 6e primaire et de 4e secondaire dans l’enseignement francophone belge » [sic – doublement erroné, l’Evras n’est pas une animation et le guide de l’Evras ne concerne pas que ces deux classes, loin de là].

Notez que cet article n’est pas signé et que, depuis sa 1re publication, il a subi « plusieurs corrections et modifications » comme indiqué à la fin de l’article.

LIRE (sur le site de la RTBF)

Les 3 réponses

1) Ceci n’est pas du journalismeretour

Le 20 septembre 2023
Par Bernard Crutzen

« On peut avoir toutes sortes d’opinions sur l’éducation affective et sexuelle à l’école. Il ne s’agit pas ici de donner la mienne. Par contre, j’ai une certaine idée de ce que devrait être le journalisme. Je constate, avec lassitude, que la RTBF est très loin du compte avec l’article en question. La chaîne publique, enchaînée à la Fédération Wallonie Bruxelles qui a voté le décret sur l’EVRAS, ne fait que défendre la position du gouvernement, réduisant les sceptiques ou les opposants à une bande d’extrémistes. Cela ne vous rappelle rien ? C’est ce que la RTBF a fait aussi dans le cadre du Covid. Pas de place pour la contradiction ou la nuance, ni même pour le questionnement. Juste une chasse aux dissidents et aux « fake news », dont certaines se sont révélées finalement vraies […] ».

LIRE

2) Le degré zéro du réseau : ma réponse à la RTBFretour

Le 17 septembre 2023
Par Ariane Bilheran

« Cet article, qui n’est pas signé, cite pêle-mêle diverses personnes que l’on tente de regrouper dans “un réseau” auquel sont collées tout un tas d’étiquettes diffamantes.

Je tiens donc à faire respecter mon nom et mes qualités, en réponse à une presse qui cherche plus à diffamer qu’à relayer de l’information […] ».

LIRE

Sur ce sujet comme sur d’autres, la censure et la culture de l’annulation ne sont jamais loin, comme en témoigne Ariane Bilheran :

« Le 13 mai 2023, nous avons organisé à Paris un colloque dont le sujet était “La dérive totalitaire sur les enfants”. L’affaire ne fut pas simple : annulation de salles, menaces et calomnies sur nos soutiens et moi-même, invisibilisation, etc. (les interventions de ce colloque sont désormais disponibles). Durant la matinée, nous avons mis en commun nos expertises psychologiques, psychiatriques et judiciaires, entre professionnels de la santé mentale et du Droit, pour bien faire entendre notre désaccord concernant ladite “scientificité” des textes de l’OMS prétendant encadrer dans les pays européens (mais pas seulement) la supposée “éducation sexuelle” des enfants.

Le Dr Régis Brunod, pédiatre et pédopsychiatre, ancien chef de clinique dans les deux disciplines à la Faculté de Médecine de Paris, ancien Privat-Docent – Maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne, nous a expliqué qu’aucune étude scientifique digne de ce nom ne saurait justifier l’existence d’une supposée sexualité des enfants, et que nous avons affaire à de multiples confusions, doublées d’ignorance, quant au développement psychique des enfants : confusion entre sensorialité et sexualité, confusion entre l’organe et la fonction, par exemple. Ancien expert psychiatre auprès des tribunaux, le Dr Brunod connaît très bien les profils des pédophiles et leurs discours manipulateurs. Ce qui est malheureux, c’est qu’il identifie le même genre de discours dans… les textes de l’OMS. Auteur du livre Préserver l’innocence des enfants, il a rappelé que cette “éducation sexuelle”, dont l’OMS impose les inflexions idéologiques dans les différents pays dès la maternelle, ne correspond en rien aux besoins des enfants. Il s’agit de concepts d’adultes, farfelus, projectifs et inadaptés à l’âge des enfants, comme la “masturbation précoce”, préconisée pour les enfants de moins de cinq ans […]».

3) La RTBF me cite dans un soi-disant réseau de « désinformateurs » et commence par une fausse information !retour

Le 17 septembre 2023
Par Senta Depuydt

« Suite à l’article intitulé complotistes, extrême droite et adeptes de théories pédocriminelles publié ce 16 septembre par la RTBF et relayé au JT le soir, je tiens à corriger ou clarifier les propos qui me concernent et à apporter un complément d’information aux enquêteurs de “Décrypte”.

Tout d’abord je ne suis ni l’éditrice, ni la propriétaire du site Étincelles ! Il s’agit d’une fausse information de la part de “Décrypte”, qu’il faut corriger. L’auteur du site a repris de nombreux articles que je publie dans La Lettre de Senta sur la plate-forme Substack, comme bien d’autres le font également. Ce n’était pas compliqué à vérifier  […]».

LIRE

EVRAS, un très étrange guide d’éducation sexuelleretour

Septembre 2023
Par Emmanuel Tourpe

Note de Liège-Décroissance : ce billet a été publié début septembre 2023 sur un réseau social et très vite retiré par son auteur, Emmanuel Tourpe. Comme quoi, même lorsqu’on est le directeur de LN24 (télévision d’information en continu) qui plus est bardé d’un doctorat en philosophie, s’exprimer sur ce guide n’est pas sans risque. « Très étrange guide » peut-être mais certainement une très étrange époque !

Un très étrange guide d’éducation sexuelle a été adopté pour l’enseignement primaire et secondaire qui laisse pantois. Voire atterré. Sans être bégueule, le terme de scandale semble approprié. Bien évidemment qu’il faut une éducation sexuelle. Celle-ci ne doit pas être pour autant le cheval de Troie d’idéologies militantes et de lobbys […]

LIRE

Les tabous de l'EVRASretour

Le 8 juin 2023
Par l’asbl Couples et Familles

Un article fouillé qui ne comporte pas moins de 45 références et publié le 8 juin 2023, soit avant la version finale du nouveau guide de l’EVRAS.

[...] Interviewée par La Ligue des Familles, Lola Clavreul, directrice de la FCPPF [Fédération des Centres Pluralistes de Planning Familial], revient sur les critiques de Sophie Dechêne, dont le poste de co-directrice à l’Observatoire de la Petite Sirène (OPS) éveille son intérêt : « En réalité, ce qui intéresse cet observatoire auto-proclamé, ce n’est pas tant le guide en lui-même, mais plutôt une question de valeurs. Il tend à déconstruire et à critiquer les études et points de vue qui portent sur la transidentité. On est dans le giron de la Manif pour tous en France » […] De son côté, la pédopsy réplique : « Il nous semble étonnant qu’une Fédération qui se veut pluraliste et qui se donne pour but d’éduquer, notamment à la Vie Relationnelle, discrédite aussi abruptement les avis divergents et complémentaires dans un style plus clivant que relationnel, et utilise des arguments ad hominem, peu respectueux et déplaisants, en décrivant de manière caricaturale l’OPS tout en évitant un débat de fond42. » Un débat scientifique qui manque en effet cruellement, surtout quand on analyse la façon dont Lola Clavreul balaye les arguments des détracteurs en arguant avec désinvolture qu’ils « s’appuient sur ce bon vieux concept de latence freudien », comme si cela constituait une raison suffisante de non recevabilité […]

LIRE (sur le site de Couples et Familles) ou en PDF.

Non à l’hypersexualisation de nos enfantsretour

Le 13 décembre 2022
Lettre adressée à la ministre de l’Éducation par huit professionnels de la santé mentale des enfants et des adolescents (pédopsychiatres, psychiatres, etc.) et publiée dans La Libre le 13 décembre 2022

« […]

N’encombrons pas le psychisme de l’enfant avec un référentiel sexuel adulte

Nous ne rejetons certainement pas l’ensemble du guide. Il accompagne les élèves dans des questions importantes et promeut la lutte contre les discriminations et les violences sexuelles, notamment via les réseaux sociaux, des combats que nous soutenons dans notre pratique. Cependant, de nombreux choix et positions nous inquiètent dans la mesure où ils risqueraient d’amener des préoccupations troublantes voire traumatiques chez les enfants.

Lautodétermination de l’enfant s’avère être une des clés de voûte soutenant la rédaction de ce guide. Littéralement, cela signifierait que, ipso facto, l’enfant saurait, mieux que personne, ce qui est bon pour lui. Son propre ressenti serait son seul guide. N’oublions pas qu’un enfant a, surtout, le droit d’être éduqué. Il a bel et bien le droit à de la transmission, tout comme il a le droit au respect des étapes de son développement.

Force est de constater qu’entre autres choses, ce module éducatif supprime la période dite de latence : à savoir cette période bien connue du développement de l’enfant, essentiellement axée sur la construction de sa socialisation et d’une compréhension plus large du monde. Travail psychique rendu possible lorsque l’enfant n’est précisément pas stimulé sexuellement, sachant qu’entre 6 et 11 ans, en moyenne, ses questionnements sur la sexualité sont alors partiellement refoulés […] ».

Remarque : cette lettre est aussi une pétition que vous pouvez toujours signer (il y avait 7600 signataires début décembre 2022).

LIRE

OMS : « Standards pour l’éducation sexuelle »retour

Les racines du Guide pour l’EVRAS

Traduction de la page web « Standards for Sexuality Education » de l’OMS :

Le cadre de référence des Standards pour l’éducation sexuelle en Europe (Standards) présente le concept d’éducation sexuelle holistique et comprend des informations sur les thèmes pertinents pour les enfants et les adolescents dans les différents groupes d’âge.

Les Standards fournissent des conseils pratiques pour l’élaboration de programmes d’études appropriés. Ils peuvent également être utilisés pour étayer les arguments en faveur de l’introduction de l’éducation sexuelle holistique dans les pays européens de la région de l’OMS.

Groupes cibles : les acteurs politiques, les autorités sanitaires et les professionnels travaillant dans les domaines de l’éducation et de la santé.

Les « Standards pour l’éducation sexuelle » en français (PDF, 2013, 70 pages).